Commenter sur

  • FLASHFOOT (1)
  • FACEBOOK

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


  • Même si assez fan de l’homme Zeman et de sa philosophie, son extrémisme l’a encore une fois tué. La qualité première d’un entraineur doit être le pragmatisme, Zeman n’en a aucun, il ne fait aucune concession sur son style de jeu, quitte à prendre 40 fois le même but… Sa gestion des cas De Rossi et Stekelenburg est tout simplement catastrophique et montre comme cet homme peut être têtu…
    Cependant ce n’est pas le premier à échouer et pour moi une explication vient de la difficulté d’entrainer à Rome…
    L’As Roma n’est pas un grand club, son palmarès le démontre… Cependant elle subit de par sa place de club de la capitale tous les inconvénients d’un grand club… Entrainer à Rome signifie composer avec un public hystérique prêt à faire de toi un héros et à te descendre le lendemain, avec une presse qui tous les jours sort de nouvelles histoires (brouilles à l’entrainement, rumeurs de départs 365 jours sur 365). La pression est terrible pour un club qui n’a pourtant presque rien gagné… Il est plus facile de jouer ou d’entrainer à la juve qu’à Rome, Mirko Vucinic a par exemple parlé de sa tranquillité retrouvée à Turin… Tous les clubs provinciaux jouent la Roma comme si c’était le match de l’année avec une motivation décuplée. Mais la Roma n’est pas armée pour ça, la Roma n’a pas le poids dans les institutions que peuvent avoir les « rayés » du nord, elle n’est pas organisée comme un grand club doit l’être, elle n’a jamais eu le pragmatisme et le réalisme d’un grand club…
    Il faut être fou ou romanista (et ça va souvent ensemble) pour venir entrainer ce club. Il faudrait selon moi plus de normalité autour de la Roma, et repartir de plus bas, en arrêtant de se prendre pour ce que nous ne sommes pas…